El Intercambio desde el punto de vista Francés:

 

 

 

MON DEUXIÈME ÉCHANGE

C'était ma deuxième année en France, et une autre fois nous avons passé un jour complet dans le car (croyez-moi, ce n’est pas une expérience que je vous recommande).

Et cette année, cela n’a pas été une exception: les nerfs  des élèves étaient directement proportionnels à la proximité du lycée français, où nos corres étaient en train de nous attendre.

Vous pouviez souvent écouter : "comment dit-on...", "on appelle vos parents?", "je ne sais pas comment on prononce le prénom de mon corres… Maite, prononce leurs prénoms, s'il te plaît!"

Et pendant ce temps de chaos, les professeurs disaient: LA CEINTURE -la phrase la plus célèbre d'Inma (bien sûr, elle avait raison)- ou -ARRÊTEZ DE CRIER! -et ce type de phrases.

Ce moment est digne d’être vécu, c'est vrai, mais, il y a un autre vraiment mémorable: les adieux. La plupart les larmes aux yeux, des bisous partout... photos, bises, larmes, continuaient vers l'intérieur du car, avec les commentaires typiques : "pourquoi seulement une semaine ?", "je ne veux pas retourner" ou "attendez, attendez!".

Et, après cet émouvant moment, on retourne à Albacete après avoir passé une semaine inoubliable auprès des élèves français. Vraiment, le voyage en car est très long, mais cette semaine, qui  a marqué nôtre cœur  et notre esprit à tout jamais, compense.

Cecilia Alcaraz 4º